arts et thérapies

arts et thérapies

Black, Blue, C'trop c'Berry

L’avantage avec un blog c’est que n’étant jamais mieux servi que par soi-même on peut faire son auto-promotion et celle de ses amis sans modération !

 

Voici donc un article vantant les mérites de jeunes auteurs de « cheu nous » : votre hôtesse et ses amis.

 

Commençons avec deux enfants du pays, deux petits anges devenus suppôts de l’écriture et dont les récits n’ont pas fini de hanter vos pires cauchemars...

 

 

BLACK BERRY, BLUE BERRY

 

Pas plus d’importance que ça  - Florent Liau (ed. Les 2 Encres)

 Fasciné par les trains, c’est en aiguilleur machiavélique que Florent oriente ses personnages là où ça fait mal, faisant de ses lecteurs les complices impuissants de ses jeux de massacre imaginaires: Nul tabou dans le choix des situations extrêmes vécues par ses anti-héros du quotidien ! On peut être enfant et assassin, s’inoculer la mort plutôt que de se séparer, mourir pour un jeu de mots de trop…Ici la vie s’expose sans fards dans sa violence sourde, gratuite, ordinaire, absurde. Et si ça marche, c’est parce que dans le fond la vie de ces anonymes nous renvoie à nous-mêmes, simples mortels n’ayant « pas plus d’importance que ça ».

 

Pour suivre l’actualité ou contacter Florent Liau

 

 

 

 

 

Quand je serai grand, je serai mort – Nicolas Liau (ed. Les 2 encres)

Dieu merci, Nicolas Liau n’a pas assez grandi pour mourir, et peut donc poursuivre la rédaction de contes fantastiques où romantisme sensuel et images fortes s’épousent dans la noirceur. S’il cite volontiers Tolkien comme l’une de ses références, sa plume rappelle Poe et Baudelaire car dans le monde étrange de Nicolas on s’aime à mort …quand on ne meurt pas d’amour. Comme son frère, il sait nous surprendre, nous émouvoir, et titiller notre âme d’enfant en jouant à nous faire peur…

 

Pour suivre l’actualité ou contacter Nicolas Liau  

 

 

 

 

 

 

 

C’TROP C'BERRY

 

On dit que l’humour est la politesse du désespoir ; j’ajouterais qu’il peut être un pied de nez  à la bêtise ou à l’ignorance. C’est forte de ce constat qu’à l’époque où Radio France s’efforçait de convaincre ses auditeurs que le « Berry, c’est tendance » * je me suis décidée à regrouper les notes fictivement autobiographiques de mon quotidien. Ainsi naquit Chroniques Indrigènes (ed. Les 2 Encres) ou les aventures de mon double littéraire, Clotilde Benoît la scénariste vedette de « fiction post-prandiale » de Canal Premier.

 

Propulsée héroïne de TV Réalité, elle devra accomplir deux missions :

-         booster l’audimat et conquérir les « ploucs » à la demande de sa supérieure Violaine Ste Croix

-         convaincre les citadins que le Berry est la Terre Promise à la demande de St Médard

Il lui faudra pour cela se fondre dans la population et participer activement à la vie du village. Elle découvrira la lutte contre la désertification et la misère sexuelle, la récupération médiatique, le terrorisme rural…et des alliés inattendus !

 spot de 2006-2007 dit par Pierre Arditi

 


 

 

Quand je ne pratique pas l’autodérision, je rêve. Il m’arrive ensuite de fabriquer des histoires à partir de mes aventures oniriques et imaginaires, puis de les partager. C’est de cette manière qu’est né mon premier ouvrage Personnaginaires.

 

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez en savoir plus ou commander mes ouvrages.



23/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres